Nouvelles

2019-06-21

Congrès


Aucune documentation récente

Communication

  • Congrès

    Congrès National

    Le Congrès du National se tiendra du 7 au 11 octobre 2019, au Palais des congrès de Montréal.

    Le caucus du SCFP-Québec se tiendra le dimanche 6 octobre à 15 heures (salle à confirmer).

    Les sections locales ont jusqu’au 9 juillet 2019 pour soumettre des résolutions – toutes les informations sont disponibles sur le site du SCFP.

     

    Congrès FTQ

    Le Congrès FTQ se tiendra du 25 au 28 novembre 2019, au Centre des congrès de Québec.

    Le SCFP-Québec tiendra un premier caucus le dimanche 24 novembre à 17 h 30 (salle à confirmer) et le lundi 25 novembre à l’ajournement.

    Les sections locales ont jusqu’au 10 octobre – 23h59 pour soumettre des résolutions.

    Les lettres de créance seront envoyées au mois de septembre.

     

  • Les syndiqués de la STTR rejettent l'offre finale et globale

    Les syndiqués de la STTR rejettent l'offre finale et globale

     

    ÉMILIE VALLÉE

     

    Jeudi, 10 mai 2018 17:35MISE à JOUR Jeudi, 10 mai 2018 17:35

    TROIS-RIVIÈRES – Les chauffeurs d'autobus de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) ont rejeté à 82 % l'offre finale et globale présentée par l'employeur.

    Les négociations achoppent sur la question du rattrapage salarial et de la sécurité d'emploi en lien avec la réforme du transport de leur employeur.

    Ils ont un mandat de grève depuis juin dernier. Pour l'instant, ils affirment que les services aux usagers ne seront pas touchés. Ils ont l'intention d'augmenter leurs actions de visibilité au cours des prochains jours.

    «On va essayer de limiter les impacts sur la population, mais s’ils nous poussent on n’aura pas le choix», a dit le conseiller syndical Mario Fontaine.

  • Les syndicats de la STM votent à 99% pour la grève générale illimitée

    Autobus et métro

    Les syndicats de la STM votent à 99% pour la grève générale illimitée

    Zacharie Goudreault | Agence QMI

     
     
    Les chauffeurs d’autobus et les opérateurs de métro ont voté jeudi, dans une proportion de 99 %, en faveur d’un mandat de grève générale illimitée qui pourra être déclenché à n’importe quel moment.
     

    Les chauffeurs d’autobus et les opérateurs de métro ont voté jeudi, dans une proportion de 99 %, en faveur d’un mandat de grève générale illimitée qui pourra être déclenché à n’importe quel moment si les négociations achoppent avec la Société de transport de Montréal (STM).

    Les 4500 membres du syndicat des chauffeurs, opérateurs de métro et les employés des services connexes de la STM ont participé à deux assemblées générales en matinée et en soirée.

    Au cœur de la renégociation de leur convention collective, échue depuis janvier dernier, les chauffeurs réclament entre autres une meilleure organisation et planification du travail.

    Négociations qui continuent

    Questionnée par le «24 Heures» mercredi, la porte-parole du Syndicat canadien de la fonction publique, Lisa Djevahirdjan, a rappelé que ce mandat de grève ne signifie pas nécessairement qu’un débrayage des chauffeurs est à venir.

     

    «La seule chose que je peux vous dire officiellement, c’est que demain ils votent pour obtenir un mandat de grève. [...] Avec ce mandat de grève, ils continuent à négocier», a-t-elle déclaré.

    Le dernier vote de grève du syndicat des chauffeurs remonte à novembre 2007. À l’époque, les employés avaient voté à 97 % en faveur d’un mandat de grève qui n’avait toutefois jamais été utilisé.

    La dernière grève des chauffeurs remonte quant à elle à 1987.

    Services essentiels

    On ignore actuellement quelle forme prendrait une telle grève, les chauffeurs de la STM étant assujettis à la Loi assurant le maintien des services essentiels.

    Des discussions devront donc avoir lieu entre le syndicat et la STM afin de déterminer quels sont les services essentiels qui devront être maintenus en cas de grève, a indiqué la porte-parole du SCFP.

    Quant aux employés d’entretien, qui seront en grève des heures supplémentaires du 7 au 12 mai, le Tribunal administratif du travail ayant approuvé jeudi la liste des services essentiels qui devront être maintenus la semaine prochaine.

    Tous les employés devront ainsi effectuer 40 heures de travail et du personnel devra pouvoir être mobilisé si une situation d’urgence menaçant la sécurité des usagers venait à survenir.

    Mercredi, le directeur général de la STM, Luc Tremblay, a d’ailleurs prévenu que la fréquence des autobus sur certaines lignes serait réduite en raison de cette grève.

    Heures supplémentaires

    Le syndicat représentant les quelque 2400 employés d’entretien de la STM, qui comprennent entre autres des mécaniciens et des électriciens, demande à la STM d’effectuer moins d’heures supplémentaires pour faciliter la conciliation travail-famille.

    La STM, qui renégocie les conventions collectives de quatre de ses six syndicats, aimerait quant à elle faire travailler davantage d’employés d’entretien les soirs et les week-ends, quand les autobus sont dans les garages.

    «S’ils veulent du monde de nuit, qu’ils embauchent plus de monde. C’est ça, la solution», a rétorqué mercredi après-midi le président du syndicat représentant les employés d’entretien, Gleason Frenette, alors que plusieurs centaines d’employés manifestaient devant le siège social de la STM, au centre-ville de Montréal.

    La STM prend acte du vote de grève

    La Société de transport de Montréal (STM) a réagi tard en soirée, disant prendre acte de la décision de ses employés.